Partagez|

Enfant : n.m. Insurgé rapiat à la conquête du monde. [Ethel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
Erebus Stratos [Liam C.]
EN VOULANT REVOIR LA LUMIERE
avatar EN VOULANT REVOIR LA LUMIERE

√ Age : 24
√ Messages : 256
√ Pouvoir : Durcissement de la matière.

MessageSujet: Enfant : n.m. Insurgé rapiat à la conquête du monde. [Ethel] Lun 23 Juil - 19:07

[...]

La pluie qui s’abattait depuis plusieurs minutes sur Antalis reflétait remarquablement l’état d’esprit d’Erebus. L’agacement et l’aigreur avaient fondu sur lui tels des vautours sur un cadavre fraichement abandonné, dès que les premières gouttes s’étaient écrasées sur les toits de la cité. En effet, les citoyens n’avaient rien trouvé de mieux à faire que d’assaillir le musée, en quête de distraction. Les salles se remplissaient sous l’affluence des curieux et il avait de plus en plus de mal à garder son calme. Le silence qu’il chérissait tant était continuellement rompu par des chuchotements intempestifs, des rires retenus, des bruits de pas… Et les traces d’eau laissées à chaque nouvelle arrivée n’étaient pas pour lui redonner le sourire.

Il patrouillait à travers les salles, marchant à pas silencieux. Çà et là, il s’arrêtait pour réprimander fermement les arriérés qui osaient profaner ses lieux par leurs paroles et leurs rires inconvenants. On ne riait pas devant des œuvres d’art : on admirait, on s’extasiait, on s’offensait, mais on ne riait pas. Le sérieux était de mise, ici. Même si effectivement, avant, Erebus aurait probablement agi comme tous ces jeunes gens, se laissant aller à plaisanter sur ce qu’il voyait. Mais là… Ruiner les petits moments de bonheur et de joie de ces inconnus le libérait quelque peu de sa colère. Le fait d’être le seul de mauvaise humeur le répugnait : c’est bien pour cela qu’il prenait son rôle de gérant tant à cœur. Pouvoir passer sa mauvaise humeur sur de pauvres innocents était peut-être puéril mais tellement distrayant.

Il remarqua que des enfants étaient également venus, avec leurs parents ou leur famille. Erebus retint un grognement désapprobateur. Il n’avait rien contre les enfants bien éduqués qui savaient rester tranquille pendant une visite. Mais ceux qu’ils voyaient étaient en train de s’agiter et semblaient avoir envie de se mettre à courir à travers les lieux. L’exaspération l’envahit à nouveau. Il se dressa à leur côté, telle une ombre menaçante.

« Soyez sage, n’est-ce pas ? »

Voyant leurs mines quelque peu défaites, il sourit froidement et les quitta, leur jetant toutefois un dernier regard, légèrement menaçant. Il les surveillerait, ceux-là. A ce moment, il vit une jeune femme marcher à grands pas dans la salle principale. Presque en train de courir. Son regard s’assombrit et il s’approche d’elle, la retenant légèrement par le bras, pour la faire s'arrêter.

« Excusez-moi, Mademoiselle, mais il est interdit de courir dans le musée. »

Pas de traitement de faveur. La seule différence fut qu’il garda un ton aimable et courtois avec cette personne. Une simple mise en garde et tout serait réglé. Normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
Ethel Primevère
EN QUETE DE REUSSITE
avatar EN QUETE DE REUSSITE

√ Age : 19
√ Messages : 434

MessageSujet: Re: Enfant : n.m. Insurgé rapiat à la conquête du monde. [Ethel] Mar 24 Juil - 20:32

{But before]




CAR TES SONGES TE DISENT QUE TU ES MIEUX AINSI
Et le monde, t'inspire ce que tu redoutais.



Les rues étaient pratiquement désertes, seules des silhouettes détrempées y faisaient parfois des apparitions furtives, s’empressant de s’engouffrer dans les bâtiments. Des rires parvenaient à ses oreilles, ceux des amants surpris par la pluie. Certains étaient moins joyeux et pestaient contre le ciel gris d’Antalis. Et au milieu de l’allée, sous un parapluie rouge pétant, notre jeune libraire qui devait bien être la seule à être heureuse de ce temps de chien. Ethel aimait la pluie et cela depuis toujours. Elle avait le mérite de laver les cieux, faisant retomber la poussière au sol et permettant ainsi à notre blondinette de mieux respirer. Et Dieu seul savait combien elle en avait besoin de cet air pur, plus que quiconque. Elle s’arrêta quelques instants, comme perdue dans ses pensées. Le bruit des gouttes d’eau s’abattant sur la toile de son parapluie l’apaisait, mais elle ne savait dire pourquoi. Une petite main tirant la manche de son imperméable la sortie de ses rêveries.

« Ethel, j’ai froid. On est bientôt arrivé ? »

La jeune femme sourit à la petite fille qui semblait réellement frigorifiée. Celle-ci se nommait Miriam et était tout simplement adorable avec ses petites boucles brunes qui partaient dans tous les sens. De tous les enfants dont Ethel avait eu à s’occuper, c’était certainement sa préférée. Elle était très sage, toujours souriante et passait la moitié de son temps à lire ou dessiner. D’ailleurs c’était pour cette raison que toutes les deux se dirigeaient vers le musée, pour faire fonctionner le crayon de la petite.

« Oui, ma chérie. Regarde c’est le bâtiment juste là. »

Les deux silhouettes s’engouffrèrent dans le musée. Ethel sortit de son sac le carnet et les crayons de Miriam. Et après les habituelles recommandations telles que « l’on ne touche pas » et « tu restes à portée de vue d’accord », elle laissa la petite traverser les salles dans l’ordre qu’elle voulait se contentant de la surveiller du coin de l’œil. Mais elle savait qu’elle n’avait pas beaucoup de soucis à se faire, Miriam était plutôt calme et ne fera pas de bêtise. Confiante, elle la quitta des yeux un instant pour se concentrer sur un tableau qui attirait son attention. Étrangement il lui rappelait quelque chose. Quelque chose de très important qui la torturait. Mais elle avait beau se creuser la tête, elle n’arrivait pas à se souvenir de quoi. La jeune femme poussa un soupir et se retourna pour voir ou en était Miriam. Sauf que celle-ci avait tout bonnement disparu. Ethel jura intérieurement. Bien sûr, un groupe d’élèves de son âge était passé et l’avait sûrement embarqué au passage. Sans perdre son sang-froid, elle se dirigea vers le groupe en question. Pas de Miriam. Là elle commençait un peu à paniquer. Le musée était vaste, mais tout de même, la petite n’avait pas pu aller bien loin. La jeune femme, refit le tour des salles alentours, essayant de garder son calme. Toujours pas de Miriam. Bon, là c’était vraiment inquiétant. Ethel décida donc de se diriger vers la salle principale, à la recherche de n’importe qui pouvant l’aider.

Alors qu’elle balayait du regard la salle en question, quelqu’un la retint par le bras. Elle laissa échapper un soupir agacé en écoutant la réprimande qu’il lui faisait. Tsss, elle ne courait pas, mais marchait rapidement nuance, ce qu’elle eut tôt fait de répliquer sur un ton sec et plutôt méchant. Mais là, elle avait autre chose à faire donc s’il pouvait la lâcher merci bien au revoir. Et puis, elle prit le temps de réfléchir. S’il travaillait ici, il pouvait l’aider. Ok, enlève cet air profondément irrité de ton visage et demande-lui.

« Euh par contre vous n’auriez pas vu une petite fille, 6 ans, grande comme ça, brune aux yeux verts avec un T-shirt rouge et un jean ? Je l’ai perdue de vue et seule je ne vais pas arriver à la retrouver. Elle s’appelle Miriam, vous l’avez vu ? »

Rien à faire que ce type soit certainement le plus désagréable aux alentours. Elle allait certainement se faire réprimander parce qu’elle n’était pas attentive et tout et tout, mais en l’occurrence, tout ce qui comptait c’était de retrouver la petite et vite. Et pour cela il devait l’aider.





Dernière édition par Ethel Primevère le Sam 28 Juil - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
Erebus Stratos [Liam C.]
EN VOULANT REVOIR LA LUMIERE
avatar EN VOULANT REVOIR LA LUMIERE

√ Age : 24
√ Messages : 256
√ Pouvoir : Durcissement de la matière.

MessageSujet: Re: Enfant : n.m. Insurgé rapiat à la conquête du monde. [Ethel] Jeu 26 Juil - 23:03

L’indignation manqua d’étouffer le gérant du musée. Comment osait-elle s’adresser à lui de cette manière ? Ne savait-elle donc pas qui il était ? Il n’avait pas l’habitude qu’on lui parle sur un ton aussi irrespectueux. Sa mise en garde était parfaitement justifiée, il avait tous les droits dans ces lieux, il était dans son domaine, son royaume même, et ce n’était sûrement pas une petite citoyenne qui allait lui tenir tête. Il s’ordonna de rester calme. Injonction qui resta sans effet. Son humeur était déjà au plus bas et cette altercation n’avait rien arrangé, au contraire. Relâchant son emprise, il murmura d’une voix emplie de colère les premiers mots qui lui passèrent par la tête.

« Peu m’importe de savoir si vous couriez ou si vous marchiez vite, ce n’est définitivement pas une démarche respectable dans un musée, alors vous allez me faire le plaisir de parcourir cet endroit à une allure modérée. »

Il avait parlé à voix basse, évitant d’attirer l’attention des visiteurs. Quoique, ces derniers étaient déjà distraits par un groupe de jeunes relativement bruyants. Enfin, bruyants dans le sens où ils chuchotaient trop forts. Leur voisinage immédiat se tournait sur leur passage, captant quelques bribes de conversations. Reportant son attention sur la jeune femme qui se tenait en face de lui, il haussa un sourcil : pour qui se prenait-elle ? L’exaspération fondit sur lui, tel un rapace sur sa proie. Mais qu’elle aille demander cela à quelqu’un d’autre. Une âme charitable. Il doit forcément y en avoir à proximité – il y en a toujours au moins une dans un musée. Ce n’était pas parce qu’il était le gérant du musée qu’il savait tout ce qui se passait dans chacune des salles. Certes, il y avait des caméras de surveillance, mais il n’allait certainement pas visionner les bandes pour une personne aussi incivile. Ni pour personne d’autre, d’ailleurs.

« Vous vous fichez de moi ? Vous me rabrouez de la manière la plus irrévérencieuse qui soit et vous vous attendez à ce que je vous aide ? Allez apprendre la politesse, on reparlera à ce moment, voulez-vous ? »

Le venin s’écoula doucement de sa bouche, dans un souffle menaçant. Malgré tout, il savait qu’elle avait entendu chacun des mots qu’il avait prononcés. Il s’intéressa toutefois à sa demande. Elle avait perdue de vue une enfant de 6 ans dans le musée ? L’irritation qu’il ressentit dépassa tout ce qu’il avait pu expérimenter dans la journée. Non mais vraiment. Il avait déjà assez à faire à surveiller ces lieux pour qu’ils restent un sanctuaire calme où les gens pourraient venir se détendre, il n’allait pas en plus se lancer à la recherche d’une gamine qu’il ne connaissait, qu’il n’avait pas envie de connaitre, d’ailleurs et dont il se moquait comme de sa première chaussette. Le gérant de musée calme et aimable n’était qu’un vague souvenir à ce moment : Erebus, l’Oublié, avait repris ses droits et ne se préoccupait pas le moins du monde de la réputation qu’il se donnait auprès de la jeune femme.

« Bon courage pour retrouver Miriam dans le musée, vous en aurez besoin. Oh, et quand on ne sait pas s’occuper d’un enfant, c’est simple : on charge une personne responsable et douée de bon sens pour le faire à sa place. Histoire d'éviter ce genre de mauvaise surprise. »

Sur ces mots, il tourna les talons et partit à pas raides. Il n’allait pas se préoccuper plus longtemps de cette histoire. Elle se débrouillerait sans lui. Et si jamais il rencontrait cette petite… Il ne lui dirait sûrement pas que la jeune femme la cherchait. Il ne lui prêterait même pas attention : son sort ne l’intéressait absolument pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
Ethel Primevère
EN QUETE DE REUSSITE
avatar EN QUETE DE REUSSITE

√ Age : 19
√ Messages : 434

MessageSujet: Re: Enfant : n.m. Insurgé rapiat à la conquête du monde. [Ethel] Ven 27 Juil - 15:59



LA ROUTE QUI S'OFFRE A MOI EST LUMINEUSE
alors pourquoi t'obstines-tu, à me trainer vers le bas ?



« Je… Pardon ?! »

Elle c’était précipitée sur les pas du dirigeant. C’était lui qui devait apprendre la politesse. Bon sang, y’avait-il une seule personne de polie et aimable dans tout Antalis ? Alors plan B. Etre gentille ça ne marchait pas. Chouiner comme une gamine pour obtenir gain de cause ? Certainement pas et il n’avait pas l’air d’être du genre à se laisser attendrir. Faire un scandale en lui disant ces quatre vérités et ameuter tout le musée ? C’était déjà mieux comme plan. Déterminée, elle se mit en travers de son chemin.

« Vous voulez dire que vous préférez mettre en danger une enfant que de me donner un coup de main . Allo, on parle d’une petite fille. Que vous me trouviez insupportable ne change rien au fait qu’on ne peut pas la laisser perdue seule dans ce musée. Et que vous soyez mal luné ne change au rien au fait que vous devez m’aider à la retrouver car comme vous l’avez dit je ne le pourrai pas seule, même avec beaucoup de chance. C’est de la non-assistance à personne en danger, vous n’avez pas honte.»

Là, elle commençait à raconter n’importe quoi. Il fallait qu’elle se calme, qu’elle respire doucement. Mais sa voix tremblait toujours de rage et de dépit. Les gens prendraient de toute façon partie pour elle, car c’était lui qui était en tort, donc tant pis qui leur altercation attirait la moitié des visiteurs. Et puis comme ça, peut-être que Miriam les rejoindrait, alertée par le bruit. Miriam qui était perdue, seule, quelque part. Simplement y penser rendais malade la jeune femme. Miriam qu’elle avait perdue. Mais comment osait-il dire qu’elle était incompétente ? Ce genre d’erreur arrivait à tout le monde. Pourtant, il avait tapé où ça faisait mal. De plus elle était terriblement inquiète et s’en voulait à mort d’avoir perdu de vue la petite. Alors, sans même s’en rendre compte, elle se mit à pleurer. Rageusement, elle essuya ses larmes d’un revers de main, sans pour autant essayer de les stopper. Il y avait des moments comme ça, où elle avait l’impression d’avoir le monde contre elle et où elle n’avait même plus la force de faire quoi que ce soit pour y remédier. Juste se laisser couler et voir ensuite.

Et puis, elle s’en voulut de se laisser aller à un instant de faiblesse devant ce crétin. Cette imbécile fini. Ce type dont elle ne savait même pas le prénom, mais dont elle avait tout de même envie de crever les deux yeux rubis. Ce salaud quoi. Doucement, les larmes de la jeune femme se tarirent, mais elle avait toujours les lèvres qui tremblaient. Mon Dieu qu’elle s’en voulait. S’il n’y avait pas justement eu Miriam, elle serait partie en courant depuis bien longtemps. Ou bien elle aurait déjà commis un homicide sur la personne d’Erebus Stratos alias Liam. Bon, passer pour une hystérique male polie incapable de s’occuper d’une gamine de six ans, c’est fait. Il ne lui restait qu’une chose à faire. Se convaincre que c’était la faute de l’albinos en face d’elle. D’ailleurs elle n’eut pas trop de mal à s’en persuader.

« Qui est votre supérieur ? »

Cette fois, elle était plus assurée. Ethel savait qu’elle devait se comporter en adulte et arrêter de passer pour une gamine incapable de se débrouiller seule. Fondre ne larme n’était pas la solution. Et cette fois, elle était sacrément remontée contre Erebus. On ne fait pas pleurer une blonde. Encore moins Ethel. Il allait passer un mauvais quart d’heure.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
Erebus Stratos [Liam C.]
EN VOULANT REVOIR LA LUMIERE
avatar EN VOULANT REVOIR LA LUMIERE

√ Age : 24
√ Messages : 256
√ Pouvoir : Durcissement de la matière.

MessageSujet: Re: Enfant : n.m. Insurgé rapiat à la conquête du monde. [Ethel] Sam 28 Juil - 19:26

Il aurait dû mettre un panneau « Interdit aux moins de 18 ans » à l’entrée du musée. Histoire de se garantir un minimum de tranquillité. Et un panneau « Interdit aux blondes », tant qu’à faire : il n’aurait pas eu à endurer la présence de cette insupportable citoyenne qui semblait croire qu’il était le mieux placé pour retrouver une gamine. Non mais franchement, il n’avait pas un détecteur d’enfants implanté sous la peau. Et voilà qu’elle faisait un scandale, dans son musée. Pour un peu, il aurait eu envie de la frapper. Mais ça, c’était hors de question bien sûr. Non parce qu’Ethel était une jeune fille, il aurait facilement pu faire abstraction de ce léger détail, mais parce qu’ils étaient en public. La colère tenace ne semblait pas vouloir le quitter.

« Premièrement, je ne vous dois rien : vous vous êtes fourrée dans ce pétrin toute seule, alors prenez vos responsabilités au lieu d’importuner de parfaits étrangers. Deuxièmement, l’entrée de ce musée est gérée par un portier, vous auriez peut-être dû commencer par aller le voir. Histoire de lui donner une description de l’enfant, qu’il ne la laisse pas sortir. Troisièmement, comment voulez-vous que je vous aide à retrouver cette gamine ? Je ne la connais pas et ce n’est pas votre vague description qui va m’aider à l’identifier. Parcourez les salles du musée au lieu de me faire perdre mon temps, ça vous sera tout de suite plus utile. »

De la méchanceté gratuite. Il aurait pu être aimable, la diriger vers quelqu’un d’autre – son employée aurait été plus que ravie de l’aider dans sa quête – ou même demander à un des visiteurs d’aider la jeune fille parce qu’il était actuellement beaucoup trop occupé pour le faire lui-même. Mais non, son agacement et son énervement avaient eu raison de sa bonne volonté. Il n’était pas vraiment du genre à faire preuve de sang-froid, mais en règle générale, il possédait tout de même une certaine maitrise de soi. Là… Rien. Il regarda aux alentours et promena son regard vermeil sur les curieux qui épiaient la scène. La froideur de ses prunelles suffit à les convaincre qu’il était dans leur intérêt de les laisser tranquille et surtout de ne pas intervenir.

Oh seigneur. Qu’avait-il donc fait pour mériter cela ? Certes il avait tué 43 personnes en l’espace de 10 minutes, mais ils le méritaient. Puis, ce n’était même pas de sa faute, c’était Inferno qui l’avait poussé à agir ainsi, il ne pouvait pas être tenu pour responsable. Bien qu’il soit fier de cet éclat. Quoiqu’il en soit, même le massacre n’était pas un pêché suffisamment ignoble pour mériter un châtiment pareil. Elle s’était mise à pleurer. A pleurer. Juste parce qu’il avait eu le malheur de la remettre à sa place. Nom d’une rose fanée, ses paroles avaient été parfaitement justifiées. Elle était en tort et elle osait se poser en victime ? Cette fille n’avait-elle aucune fierté ? A sa place, jamais il ne se serait abaissé à montrer sa faiblesse.

Il lui jeta un regard méprisant. Qu’allait-il faire de cette gamine ? Le musée n’était pas vraiment bondé, mais si on voyait qu’il avait fait pleurer une jeune fille à peine majeure, sa réputation d’homme courtois, aimable, affable, etc., était ruinée. Il se pinça l’arête du nez, inspirant profondément. Il fallait qu’il se calme. Rapidement. Sinon, il ne répondrait plus de rien.

Un sourire cruel vint étirer ses lèvres quand il entendit la nouvelle demande de la jeune fille. Elle ne savait donc pas qui il était. Il fallait avouer qu’il ne s’attendait pas vraiment à cette réaction. Toutefois, il aurait dû se douter que ça finirait ainsi : ces citoyens étaient tellement imbus d’eux-mêmes qu’ils étaient persuadés qu’ils obtiendraient toujours gain de cause. Et que pour cela, il suffisait d’appeler d’un air hautain le supérieur hiérarchique. Raté, cette fois-ci, ça ne marchera pas.

« Liam Cehack, gérant du musée. Si vous avez une requête à lui transmettre, vous pouvez tout aussi bien la formuler maintenant, il se tient en face de vous. »

Et, ironie suprême, il s’inclina légèrement devant elle. Les présentations étaient faites. Il n’y avait personne qui avait plus d’autorité que lui dans ces lieux. Mêmes les Elus devaient se plier à son bon vouloir, ici. Toutefois, il sentait que s’il la laissait seule, sans aide, cela le desservirait énormément. Pas que cette citoyenne ait beaucoup d’influence, mais sait-on jamais. Il pourrait toujours se servir d’elle comme défouloir.

« Mais je suppose que, comme vous êtes incapable de vous comporter en adulte responsable, il faut que je le fasse pour vous. Je ne vois pas comment je pourrais vous être utile : j’ai beau être le gérant du musée, je n’ai pas d’yeux dans chacune des salles, ne vous en déplaise. Mais soit. Je vous aiderai. Suivez-moi. »

Sans attendre sa réponse, il partit rapidement vers l’entrée, à longues enjambées. Il regarda à peine autour de lui : si l’enfant en question était là, la jeune fille blonde n’aurait qu’à la remarquer par elle-même. Scannant rapidement l’accueil, il trouva la personne qu’il cherchait. Ton aimable, voix forte, afin d’attirer l’attention du maximum de personnes possibles. Juste pour embarrasser un peu plus l’impertinente qui se tenait à ses côté.

« Ah, Erik, vous tombez bien : cette… jeune personne a malencontreusement égarée la jeune enfant qu’elle accompagnait ici. Elle s’appelle Miriam, brune aux yeux verts, elle a 6 ans, portant un T-shirt… rouge et un jean ? Oui, c’est cela. Si vous la voyez, auriez-vous l’amabilité de la garder avec vous et de me prévenir ? Des fois qu'elle passe par là alors qu'on la cherche dans le musée...
- Oui, bien sûr, M’sieur, je n’y manquerai pas. Pas d'inquiétude à avoir, elle ne sortira pas du musée.
- Merci bien, je savais que je pouvais compter sur vous. »

Un sourire aimable, totalement différent de ceux qu’il a adressé à la jeune fille jusqu’à présent. Reprenant un ton froid et s’éloignant du portier, il jeta un regard méprisant à cette dernière avant de lui adresser la parole, à voix basse.

« Eh bien, devant quel tableau l’avez-vous vu pour la dernière fois ? Vous ne comptez tout de même pas me faire faire tout le travail à votre place ? »


Avatar ©️ Kaze
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
❝Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Enfant : n.m. Insurgé rapiat à la conquête du monde. [Ethel]

Revenir en haut Aller en bas

Enfant : n.m. Insurgé rapiat à la conquête du monde. [Ethel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» EU4 : Conquête du monde ?
» A la conquête du monde...
» Estimation coffret Conquête du monde sur Videopac
» A la conquête du monde d'Elixir?...
» Présentation de Kaihyo : début de la conquête du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Allée des réjouissances-