Partagez|

SVEN LORAN AREN :: le Fantôme du Temple des Furies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
❝Invité
avatar Invité


MessageSujet: SVEN LORAN AREN :: le Fantôme du Temple des Furies. Jeu 20 Déc - 10:49


SE MEURENT EN MOI, SANS FIN, LA LIBERTÉ DE NOS LENDEMAINS



» PARLE-MOI DE TOI
Pseudonyme sous lequel vous êtes connu


Je suis nouveau nouvelle ♥, soyez-gentils avec moi ou en tout cas, ne me mordez pas trop fort ♫

Je suis RAVIE d'être tombée sur ce forum, que j'ai connu grâce à quelqu'un ou quelque chose personne, j'y suis tombée comme par enchantement, un vrai coup du destin ! Je pense passer régulièrement (ou pas) parce qu'Antalis me plait bien beaucoup. D'ailleurs, vous avez pas tord, si je me suis inscrite, c'est parce que j'ai mes raisons ! À savoir Sven, à croquer...

J'ai 25 ans et j'ai commencé le rp à mes 21 ans environ. Seulement, cela fait plus d'un an que j'ai arrêté, j'avais besoin d'un gros gros gros gros gros break ; à présent, je fais mon retour, un peu par ci par là sur des forums qui m'attire. Pas aussi débordante d'amitié qu'avant... j'ai pris un certain recul, mais je reste néanmoins la même, j'aime partager, échanger des actualités, offrir des avatars et des signatures à tout bon de champ, etc etc (vous découvrirez le reste avec le temps =3) Donc si vous êtes amicales, pas trop hautains ou pas me "chier des pendules pour du petit chichi à deux noisettes", je pense qu'on peut très bien s'entendre. Pour mon retour, je l'ai entamé il y a un mois à peu prêt et je choisis des forums à univers fantasy/fantastique complexe, avec de beaux et formidables designs ♫ ; où il n'y a pas beaucoup de membre. Antalis correspond à tout ce que je cherche, je vous bénis ! *lèche le visage des admins* ( '-' ah... vous préférez peut être les câlins aux léchouilles... pardon >D) Je suis plus motivée que jamais : je dois me remettre à l'écriture le plus rapidos possible, vu que j'ai l'impression d'avoir régressé à force de ne rien écrire durant 12 mois !!! T-T

♥~ Voilà

PS : Je joue souvent des garçons, légèrement efféminés. Pas qu'ils soient tous gays mais presque.. mais ne vous en faites pas, Sven est entre de bonnes mains \o/

___

J'ai un peu changé les couleurs du modèle de présentation ='o je préfère quand c'est tout blanc et une simple bordure pour le contour. Aussi, j'ai ajouté un line-height:1 un peu partout pour enlever l'espace entre les lignes. Et enfin, j'ai ajouté en italique des passages de la fiche de prédéfinis de Sven pour compléter proprement. Ah et le personnage sur les bannières n'est pas Akechi Mitsuhide, je n'ai pas trouvé grand chose sur cette référence en fait... je suis donc allée piocher un autre qui pourrait faire l'affaire, soit Toma de Aquarion Evol. Avec ses cheveux blancs et ses yeux mauves, il lui ressemble, hélas il n'a pas vraiment le même style de cheveux...


» SVEN :: le Fantôme du Temple des Furies.
Feat. Akechi Mitsuhide • Sengoku Basara

NOM ::AREN ~ qu'il n'utilise pratiquement plus.
PRÉNOM ::SVEN LORAN
NOM DU CORPS D'EMPRUNT :: Aucun. Sven n’en possède pas, aussi simplement que cela. Son état n’a pas été provoqué de la même façon que les autres et il reste trop puissant pour être enfermé dans une autre enveloppe charnelle. Il peut donc matérialiser une forme de corps, inconsistante malgré tout. Les quelques personnes qui l’ont aperçu rôder vers la porte de Déméter, dans un temple du quartier, l’ont donc tout naturellement surnommé le Fantôme du Temple des Furies.
DATE DE NAISSANCE & ÂGE :: 4 AVRIL - 24 ANS
ORIENTATION SEXUELLE :: Il cherche et préfère la compagnie des jeunes demoiselles innocentes, souriantes et toutes naïves, qu'il juge d'adorable, et qui forcement lui fait penser à une certaine Iris. Sa 'beauté' attire bon nombre de leur regard, des regards parfois bien longs et insistants, minutieux et fascinés, méfiants, comme pour juger de la véracité de leur vision "c'est un fantôme ? il est vraiment très beau mais.."...mais il est très énigmatique. Comment se comporte les fantômes ? Sont-ils méchants ? Heureusement, il sait comment s'y prendre pour qu'elles ne pensent pas du mal de lui ; ça commence par un doux sourire, sincèrement mélancolique. Il rassure, montre une profonde tendresse qui se révèle pure la plus part des cas, charme chaque fleur innocente avec sa voix de velours ; parfois les emmène dans une douce promenade afin de combler quelques blancs dans sa conversation. Il aurait pu s'agir de son loisir favori mais ce n'est pas le cas. Il s'agit d'un loisir qu'il aime bien, seulement cela.
CLASSE SOCIALE :: Oublié. Porte de Nyx. Nocte.
PROFESSION :: Aucun.
PHYSIQUE::
Beau spécimen masculin. Un fantôme, qui flotte, qui se veut du genre discret, mais qui ne rase pas les murs et ne se cache pas non plus dans l'ombre des recoins ; bien au contraire, il parcourt son chemin comme tout un chacun, au milieu et en ligne droite. Entre marcher et léviter, il choisit aléatoirement, ça dépend de son humeur. Quand ça lui arrive d'user de ses jambes, il possède un rythme de pas plutôt élancé. Dans les deux cas de figure, ou même à l’arrêt, il n'est pas rare de voir ses longs cheveux se balancer derrière son dos ou sur ses épaules. En vérité, disons qu'il a tendance à tout faire voltiger, heureusement avec grâce, quand il tourne la tête. Ici et là, on le voit comme par hasard, en vadrouille mystérieuse à faire on ne sait jamais quoi exactement ; avec les mêmes vêtements, avec les mêmes cheveux blancs immaculés à légers reflets bleutés, une particularité chez lui très reconnaissable. A l’instar de cette chevelure en cascade de neige, il y a d'autres étrangetés dans son apparence ; tels que ses lèvres et ses yeux légèrement mauves, tel que son corps translucide où l'on voit au travers de temps à autre, tel que son habilité à flotter bien sur, ou tels qu'à entendre sa voix sans qu'il est besoin de bouger les lèvres. En compagnie d'un groupe d'adolescentes, il est généralement le plus grand, dominant la gente féminine d'une bonne tête ou deux. Mais en face des hommes d'âges mûres, il peut se relever hélas un peu moins haut, surtout ceux qui possèdent une bonne croissance. Et autant le préciser maintenant, Sven a horreur des rustres plus grand que lui... alors, à part un regard mauve énigmatique et plein de mauvaise augure si vous insistez à lui adresser la parole, il s'en ira partir plus loin. Très franchement, quel ébène de pouvoir dominer ce charmant ange fantomatique.
RÊVES & AMBITIONS::
Nec minus feminae quoque calamitatum participes fuere similium. nam ex hoc quoque sexu peremptae sunt originis altae conplures, adulteriorum flagitiis obnoxiae vel stuprorum. inter quas notiores fuere Claritas et Flaviana, quarum altera cum duceretur ad mortem, indumento, quo vestita erat, abrepto, ne velemen quidem secreto membrorum sufficiens retinere permissa est. ideoque carnifex nefas admisisse convictus inmane, vivus exustus est.
MENSONGES & SECRETS::
Nec minus feminae quoque calamitatum participes fuere similium. nam ex hoc quoque sexu peremptae sunt originis altae conplures, adulteriorum flagitiis obnoxiae vel stuprorum. inter quas notiores fuere Claritas et Flaviana, quarum altera cum duceretur ad mortem, indumento, quo vestita erat, abrepto, ne velemen quidem secreto membrorum sufficiens retinere permissa est. ideoque carnifex nefas admisisse convictus inmane, vivus exustus est.

» LA CITÉ S'EST OUVERTE A MOI
A Antalis depuis xxx temps


DON/AVIS SUR PHOENIX:: Un pouvoir qui n’existe plus, avalé par sa fin, par son coma, par sa perte. Avant, les ombres devenaient reines, l’obscurité naissait de ses mains d’argent. Mais il a laissé le mal affluer, les ténèbres le gagner. Il en a abusé, il a laissé son esprit fragile être gagné par son poison. Et Iris l’a assassiné, définitivement enterré. Maintenant, il ne peut plus rien faire, condamné à errer, sans fin, sans corps. Sans rien. Il ne reste rien de son don et de lui-même.
AVIS SUR LA CITÉ:: Nec minus feminae quoque calamitatum participes fuere similium. nam ex hoc quoque sexu peremptae sunt originis altae conplures, adulteriorum flagitiis obnoxiae vel stuprorum. inter quas notiores fuere Claritas et Flaviana, quarum altera cum duceretur ad mortem, indumento, quo vestita erat, abrepto, ne velemen quidem secreto membrorum sufficiens retinere permissa est. ideoque carnifex nefas admisisse convictus inmane, vivus exustus est.














ET IRIS M'A ASSASSINÉ, DÉFINITIVEMENT ENTERRÉ.


» MAINTENANT, JE NE PEUX PLUS RIEN FAIRE, CONDAMNÉ À ERRER, SANS FIN, SANS CORPS.
SANS RIEN.

Se libérer de sa cage dorée… Tout s’est réuni, s’est emmêlé pour le laisser dans cette position. Enchainé. Il aurait pu tout avoir. Il avait tout. C’était ce que l’on appelle un gamin des rues, qui avait vécu avec son grand frère, après la mort prématurée de leurs parents. A peine avaient-ils eu le temps de les amener sur Antalis qu’ils étaient morts, emportés par une maladie que même la science de la cité n’avait su combattre. La Terre avait fait ses ravages. Sven avait à peine 4 ans et il put se reconstruire son monde. Créer son petit groupe d’amis, se faire une vraie vie là-bas. Il aimait y vivre, il aimait son existence. Même s’il la trouvait trop tranquille, il voulait des virages à 90 degrés, des montées d’adrénaline, quelque chose qui le ferait sentir plus vivant. Même pas une belle histoire d’amour. Cela aussi, il l’avait déjà. En quelque sorte, la situation a toujours été intrigante, ambiguë. Mais il l’a aimée dès qu’il l’a vue, cette petite fille toute lumineuse. Elle avait 7 ans, à peine et lui-même sortait de l’enfance et elle était entrée dans sa vie, elle refusait d’en sortir. Ils étaient trop différents et c’était ce qui faisait qu’ils s’entendaient si bien, sans doute.

Cela aurait pu rester ainsi. Mais il ne voulait pas, tout s’enchainait. Il y eut Phoenix. Une faiblesse, il avait craqué. Il apprivoisait son pouvoir, s’en enivrait. C’était mieux que tout ce qu’il avait pu imaginer, c’était ce qu’il fallait pour combler ce vide, en lui. Et trop porté sur ce que cela lui apportait, il en délaissait les côtés néfastes. Il qu’en perdait ce qu’il avait été, se laissait entrainer vers le fond. Montrait ses plus mauvais côtés.

Ce qu’il s’est passé cette nuit-la, seul lui et Iris le savent. Il sait qu’il a dépassé les bornes, que tout a dérapé. Il en devenait incontrôlable. Après tout, au début, c’était entièrement de sa faute, le pouvoir qui circulait dans les veines d’Iris, le fait qu’elle soit devenue comme lui. Et le résultat de leur premier et dernier affrontement, lui qui sombre, irrémédiablement.

Il se rappelle de cette période, frissonnant. Il ne voulait rien. Ne pouvait rien faire. Était une coquille, vide, qui mangeait, bougeait, respirer. Une ombre, trop blanche.

Et le sommeil, le noir, absolu, avant qu’il ne renaisse dans ce lieu inconnu. Il ne sait pas où il se trouve, il ne sait pas comment y échapper. Il rôde, âme en peine, incapable d’espérer, de vouloir. Les dommages sont là, s’atténuent un peu, parfois, mais son pessimisme latent, sa tristesse restent. Et ses souvenirs commencent à s’envoler, un peu, à devenir plus flous. Il essaie de s’y raccrocher. Il essaie de retrouver le lui d’avant, sans trop y croire. Faute d’espoir, de volonté. Il rôde donc comme un fantôme, s’amuse à effrayer, à mener en bateau ceux qui s’aventurent sur son territoire. A les mener à leur ruine, à leur perte, parfois. C’est un jeu cruel.


Utque proeliorum periti rectores primo catervas densas opponunt et fortes, deinde leves armaturas, post iaculatores ultimasque subsidiales acies, si fors adegerit, iuvaturas, ita praepositis urbanae familiae suspensae digerentibus sollicite, quos insignes faciunt virgae dexteris aptatae velut tessera data castrensi iuxta vehiculi frontem omne textrinum incedit: huic atratum coquinae iungitur ministerium, dein totum promiscue servitium cum otiosis plebeiis de vicinitate coniunctis: postrema multitudo spadonum a senibus in pueros desinens, obluridi distortaque lineamentorum conpage deformes, ut quaqua incesserit quisquam cernens mutilorum hominum agmina detestetur memoriam Samiramidis reginae illius veteris, quae teneros mares castravit omnium prima velut vim iniectans naturae, eandemque ab instituto cursu retorquens, quae inter ipsa oriundi crepundia per primigenios seminis fontes tacita quodam modo lege vias propagandae posteritatis ostendit.Utque proeliorum periti rectores primo catervas densas opponunt et fortes, deinde leves armaturas, post iaculatores ultimasque subsidiales acies, si fors adegerit, iuvaturas, ita praepositis urbanae familiae suspensae digerentibus sollicite, quos insignes faciunt virgae dexteris aptatae velut tessera data castrensi iuxta vehiculi frontem omne textrinum incedit: huic atratum coquinae iungitur ministerium, dein totum promiscue servitium cum otiosis plebeiis de vicinitate coniunctis: postrema multitudo spadonum a senibus in pueros desinens, obluridi distortaque lineamentorum conpage deformes, ut quaqua incesserit quisquam cernens mutilorum hominum agmina detestetur memoriam Samiramidis reginae illius veteris, quae teneros mares castravit omnium prima velut vim iniectans naturae, eandemque ab instituto cursu retorquens, quae inter ipsa oriundi crepundia per primigenios seminis fontes tacita quodam modo lege vias propagandae posteritatis ostendit.Utque proeliorum periti rectores primo catervas densas opponunt et fortes, deinde leves armaturas, post iaculatores ultimasque subsidiales acies, si fors adegerit, iuvaturas, ita praepositis urbanae familiae suspensae digerentibus sollicite, quos insignes faciunt virgae dexteris aptatae velut tessera data castrensi iuxta vehiculi frontem omne textrinum incedit: huic atratum coquinae iungitur ministerium, dein totum promiscue servitium cum otiosis plebeiis de vicinitate coniunctis:
Utque proeliorum periti rectores primo catervas densas opponunt et fortes, deinde leves armaturas, post iaculatores ultimasque subsidiales acies, si fors adegerit, iuvaturas, ita praepositis urbanae familiae suspensae digerentibus sollicite, quos insignes faciunt virgae dexteris aptatae velut tessera data castrensi iuxta vehiculi frontem omne textrinum incedit: huic atratum coquinae iungitur ministerium, dein totum promiscue servitium cum otiosis plebeiis de vicinitate coniunctis: postrema multitudo spadonum a senibus in pueros desinens, obluridi distortaque lineamentorum conpage deformes, ut quaqua incesserit quisquam cernens mutilorum hominum agmina detestetur memoriam Samiramidis reginae illius veteris, quae teneros mares castravit omnium prima velut vim iniectans naturae, eandemque ab instituto cursu retorquens, quae inter ipsa oriundi crepundia per primigenios seminis fontes tacita quodam modo lege vias propagandae posteritatis ostendit.Utque proeliorum periti rectores primo catervas densas opponunt et fortes, deinde leves armaturas, post iaculatores ultimasque subsidiales acies, si fors adegerit, iuvaturas, ita praepositis urbanae familiae suspensae digerentibus sollicite, quos insignes faciunt virgae dexteris aptatae velut tessera data castrensi iuxta vehiculi frontem omne textrinum incedit: huic atratum coquinae iungitur ministerium, dein totum promiscue servitium cum otiosis plebeiis de vicinitate coniunctis: postrema multitudo spadonum a senibus in pueros desinens, obluridi distortaque lineamentorum conpage deformes, ut quaqua incesserit quisquam cernens mutilorum hominum agmina detestetur memoriam Samiramidis reginae illius veteris, quae teneros mares castravit omnium prima velut vim iniectans naturae, eandemque ab instituto cursu retorquens, quae inter ipsa oriundi crepundia per primigenios seminis fontes tacita quodam modo lege vias propagandae posteritatis ostendit.Utque proeliorum periti rectores primo catervas densas opponunt et fortes, deinde leves armaturas, post iaculatores ultimasque subsidiales acies, si fors adegerit, iuvaturas, ita praepositis urbanae familiae suspensae digerentibus sollicite, quos insignes faciunt virgae dexteris aptatae velut tessera data castrensi iuxta vehiculi frontem omne textrinum incedit: huic atratum coquinae iungitur ministerium, dein totum promiscue servitium cum otiosis plebeiis de vicinitate coniunctis:




Revenir en haut Aller en bas
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
Morphée
L'HOMME AU BOB RAYÉ
avatar L'HOMME AU BOB RAYÉ

√ Age : 67
√ Messages : 193

MessageSujet: Re: SVEN LORAN AREN :: le Fantôme du Temple des Furies. Jeu 20 Déc - 22:07

Bienvenue à toi Sven !
Ravie de voir ce prédef pris ** !
Et le rp c'est le bien 8) !

Sinon je n'ai rien à dire pour le début de cette présentation, je te souhaite une bonne continuation, pense bien à t'approprier le perso à ta sauce tout en faisant attention aux indications déjà présentes au niveau de ce pp, héhé~
Les admins viendront rajouter leur petit commentaire si besoin (notamment pour ton commentaire au niveau de l'ava, l'information sera transmise ;) sinon je t'invite à aller les embêter si tu as des questions ou suggestions ^^ ! Tu peux aussi embêter Kaze pour certaines questions au niveau des généralités, du contexte, groupes, etc~)

Voilà et bon courage o/


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
❝Invité
avatar Invité


MessageSujet: Re: SVEN LORAN AREN :: le Fantôme du Temple des Furies. Dim 13 Jan - 17:42

Yop, je venais aux nouvelles, toujours parmi nous ?
Revenir en haut Aller en bas
MORPHÉE TROUVE QUE C'EST CLASSE DE S'APPELER
❝Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SVEN LORAN AREN :: le Fantôme du Temple des Furies.

Revenir en haut Aller en bas

SVEN LORAN AREN :: le Fantôme du Temple des Furies.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Musique du temple de classe Pandawa
» [Nantes] Samedi 16 octobre au Temple du Jeu
» Le vieux village et son temple abandonné
» Temple d'adoration de Konrad Gavin.
» Pour FNM du vendredi 12 (Temple du jeu Rennes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Nouveaux arrivants :: Intégration annulée-